Menu
Les voyages du Mayero

Quel confort !

Voyage 2000

Mots-clés : avitaillement, Grèce, vie à bord

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications :

Cette adresse restera entre nous, nous n'en ferons bien entendu aucun usage commercial.

Depuis des années le capitaine du bord , mon tendre époux, insistait de toutes les manières pour installer l’eau courante dans la salle de bains. Il faut dire que, lorsque nous avons fait nôtre le Mayéro, il existait l’eau courante avec pompe électrique et même un chauffe-eau à gaz. Tout marchait très bien, trop bien même car la magie de l’eau qui coule automatiquement, mettait trop rapidement nos réservoirs à vide et avait donné des idées à notre petite dernière : celle-ci en avait fait un jeu et oubliait parfois de fermer le robinet. Conséquence logique: plus d’eau et parfois plus de batterie. Sans compter les fuites, les pannes…

Pour éviter tout ce gâchis, et pour ne pas trop stresser le capitaine, nous avions mis tous ces équipements en carafe. Chacun sait qu’à bord, certaines choses sont impératives, voire indispensables. Mais la priorité des priorités, c’est l’eau potable à disposition en toutes circonstances. Il ne s’agit pas d’en être dépourvu le moment venu (confer la Fontaine). La femme du bord ayant compris la fable et les enfants grandissant, le capitaine décida donc cette année d’installer une pompe d’eau douce pour la toilette.

Quelle facilité de se laver les dents en remplissant son verre avec deux ou trois pompages plutôt que d’essayer de viser son verre avec un bidon de cinq litres (surtout quand cela roulait ou tanguait à qui mieux-mieux!). A cela vienne s’ajouter les bienfaits délicieux de la douche solaire après les suées quotidiennes. Quel plaisir maintenant de s’occuper de son corps dans de telles conditions! Merci au capitaine.

Chantal

Note du capitaine: il y a depuis longtemps à bord une pompe électrique toute neuve qui ne demande qu’à être montée et à servir… Maintenant tout l’équipage est bien conscient du problème et il serait sans doute possible de revoir ma position. Toutefois je préfère rester prudent , on ne sait jamais!

Il n'y a pas encore de commentaire, mais laissez le vôtre !

« »