Menu
Les voyages du Mayero

Les pêcheurs d'éponges

Voyage 2012

Mots-clés : Dodécanése, Grèce, histoire, pêcheur, éponges

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications :

Cette adresse restera entre nous, nous n'en ferons bien entendu aucun usage commercial.

Avant l’apparition des éponges synthétiques, les négociants de l’île ont vendu leurs produits dans le monde entier. Et puis en 1986 la maladie a frappé toutes les éponges de Méditerranée et beaucoup d’iliens sont partis à Cuba , en Floride et dans le sud-est asiatique. En un peu plus de 100 ans la technique associée à cette pêche a évolué considérablement. A la fin du XIX ème siècle, les pratiques des pêcheurs étaient très proches de celles qui existaient quelques milliers d’années plus tôt : pas de masque, une pierre plate pour descendre, un filet accroché au cou pour mettre la récolte et un seau sans fond pour observer le fond, un trident très long pour décrocher les éponges. Les plongeurs sont souvent victimes d’un virus Actinium qui se développe sur les éponges mais il y a peu d’accident de plongée. Vers 1890 les scaphandres, souvent d’origine française, font leur apparition. Évidemment, les hommes vont rester beaucoup plus longtemps sous l’eau et beaucoup vont oublier de remonter à temps, ignorant les signaux transmis du bateau par la corde de rappel. Malheureusement , il faudra plonger de plus en plus profondément et la méconnaissance des locaux quant aux risques liés au non respect des règles de plongée va entrainer la mort de plus de 10000 égéens et de lourds handicaps pour plus de 20000 autres entre 1890 et 1913. L’adoption du narguilé et de la tenue de plongée légère, l’ouverture d’une école sur Kalymnos vont changer la donne, même si les accidents persistent. Les flottilles de 3 à 5 bateaux partent loin, pour 6 mois, sur les côtes libyennes et tunisiennes. Le plus gros d’entre eux est à la fois le centre de traitement des éponges, l’entrepôt, la cuisine et le lieu de détente de cette communauté d’une vingtaine d’hommes. A Kalymnos entre les deux guerres, près de 300 bateaux sont ainsi armés pour cette pêche. A terre, les ateliers traitent les éponges et les conditionnent pour le monde entier. Il existe de nombreuses espèces d’éponges mais 5 seulement sont utilisées à Kalymnos. Il n’y a plus beaucoup d’éponges en Méditerranée, mais il y a une dizaine d’années nous avions un copain plongeur de Zarzis qui en vivait encore . Il avait du s’arrêter suite à un grave accident alors qu’il remontait de 80 mètres et qu’aucun caisson de décompression n’était disponible ce jour là. Il s’était longuement entretenu avec notre fils Emmanuel qui désirait embrasser cette profession . Il m’avait fait part en effet de son désir de lui transmettre un certain nombre de recommandations avant qu’il ne s’engage plus avant. Je ne sais ce qu’il est devenu mais je le remercie encore pour son cadeau.
plongeur-nus-organisation-generale.jpg plongeurs-nus.jpg scaphandre.jpg appareil-compression-scaphandre.jpg Scaphandrier-sur-le-bateau.jpg scaphandrier-au-fond.jpg scaphandrier-remontant-au-bateau.jpg narguile-mecanique.jpg plongeur-au-narguile.jpg beaucoup-d__accidents.jpg flotille.jpg bateau-de-peche-eponge.jpg bateau-accompagnateur.jpg eponges-differents-types.jpg eponge-tubulaire.jpg Ircinia-variable.jpg eponge-oreille-d-elephant.jpg eponge-cornee-noire.jpg eponge-atteinte-de-maladie.jpg atelier-d-eponge-2.jpg atelier-d-eponges.jpg taille-des-eponges-en-atelier.jpg boutique-eponges.jpg

Il n'y a pas encore de commentaire, mais laissez le vôtre !

« »