Menu
Les voyages du Mayero

Histoires de pêche ou comment pêcher sans rien attraper!

Voyage 2000

Mots-clés : poisson, poulpe, Grèce, Ionienne (mer), Stellina, pêche

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications :

Cette adresse restera entre nous, nous n'en ferons bien entendu aucun usage commercial.

Alors maintenant nous avons tous les instruments pour ramener du poisson tous les jours. En effet, Marion a une nasse qu’elle pose à chaque arrêt, tout comme le Stellina qui s’est paré de cet instrument l’année passée. Papa et Marion tentent quelques fois de taquiner les poissons avec leurs cannes à pêche.

Christophe et moi utilisons des fusils à sandows pour explorer les fonds sous-marins et leurs autochtones. Ajoutons aussi les lignes de fond, fabrication bateau, du Stellina que nous posons la nuit dès que possible.

Bande-dessinée pour la pêche au poulpe

Sans oublier la traîne que l’on installe à l’arrière du bateau à chaque traversée. Enfin, comme je l’ai dit plus haut, si encore quelques poissons ne s’étaient pas pris dans tous ces pièges, il reste encore le filet trémail qui barre leur route chaque nuit!

Mais trêve de plaisanteries, malgré les heures et les différents systèmes que nous utilisons, les poissons ramenés sont rares! Pourquoi? Ah, ça, c’est une bonne question! Maintenant, on use de toutes sortes d’explications à bord…

Marion prépare des poissonsChacun a sa raison: c’est la lune, mais non ce sont les appâts, quand ce n’est pas la couleur du filet, la taille des hameçons ou l’heure de la pêche!!! Mais bien que tout cela entre en jeu, je pense que la meilleure explication c’est qu’IL N’Y A PLUS DE POISSONS EN MÉDITERRANÉE!!! Ce qui ne remet plus en question nos qualités de pêcheurs!!!

Nico

Il n'y a pas encore de commentaire, mais laissez le vôtre !

« »