Menu
Les voyages du Mayero

Maudites annexes !!!(Poros)

Voyage 2013

Mots-clés : annexe, Poros

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications :

Cette adresse restera entre nous, nous n'en ferons bien entendu aucun usage commercial.

Nous ne pouvons plus mettre de moteur depuis que le tableau arrière s’est décollé,il faut la regonfler sans arrêt et elle n’est plus si manoeuvrante à la rame depuis qu’une des dames de nage est cassée et que le banc se fait la malle. Alors quand nous voyons sur l’eau le modèle qui nous fait envie depuis longtemps, nous sommes ravis. C’est à Noëlle et Jean, nos voisins normands, que nous devons cette belle découverte.Nous naviguons, les uns et les autres, depuis plusieurs années dans les eaux grecques et pourtant nous ne nous étions encore jamais rencontrés. Ils sont à Poros et pour fêter l’événement, nous allons mouiller l’un à côté de l’autre pour passer quelques temps ensemble.Nous ne connaissions pas nos voiliers respectifs. S’ensuivent échanges de marins naturellement autour d’un ouzo : ils sont surpris par le confort de notre cockpit, nous admirons leur belle annexe très récente, exactement celle de nos rêves. Ils en sont très satisfaits et ne tarissent pas d’éloge à son endroit. Le temps s’écoule plaisamment, et nous décidons de partager le repas. Comme c’est souvent l’usage, chaque équipage en prépare une partie. Et Noëlle et Jean sortent le grand jeu : ils tirent du fond de leur cale un Saint Emilion. Pour effectuer les va et vient entre le Mayero et le Tavolara, nous remarquons que leur dinghy est à la hauteur de nos espérances… A leur arrivée , je prends leur amarre et la fixe sur le balcon arrière avec un nœud de cabestan et une demi clé de sécurité. Jean en bon argonaute vérifie au passage et ne trouve rien à redire. Nous poursuivons notre conversation gaiement et ouvrons le Saint Emilion. Pendant ce temps-là, la brise monte et nous remarquons que la belle annexe de nos copains saute de plus en plus. Jean ne s’inquiète pas outre mesure : « le moteur est un peu lourd, c’est normal ». Nous en venons tout de même à parler de la technique du seau immergé à l’étrave du « tender » pour éviter son retournement (technique transmise par les filles du Dagobert rencontrées à Milos il y a quelques années alors qu’elles terminaient leur tour du monde). Pas d’inquiétude donc et comme chacun sait « sur le rouge, rien ne bouge ». Nous dégustions sereinement le nectar bordelais, quand tout à coup Jean se lève précipitamment et s’exclame «  l’annexe, où est l’annexe ? Elle a foutu le camp ». Branle bas de combat sur le Mayero. Chacun scrute la baie. Et très vite, là, pas trop loin, à quelques centaines de mètres, sur la berge, nous la voyons, coincée sur des cailloux par le vent et les vagues. Ni une, ni deux les deux capitaines montent dans l’annexe pourrie du Mayero pour récupérer l’engin. Nous arrivons rapidement sur place, le vent porte . Le constat est plutôt rassurant : pas de casse. Il y a bien un mauvais bout de ferraille bien pointu qui sort de l’eau mais l’annexe ne s’est pas empalée dessus. Est ce par ce que nous étions trop heureux de nous en sortir à si bon compte, est-ce en raison de l’euphorie créée par l’ouzo et le Saint Emilion, nous ne nous concertons pas pour définir une stratégie simple et dégager le « dinghy » le long du rivage en le tirant tranquillement à pied pour rejoindre un endroit d’embarquement plus facile  Bref nous avons fait un peu n’importe quoi . Pendant que je reprenais le large avec l’intention de tirer l’annexe à la rame en pensant que Jean allait simplement me passer le bout, celui-ci remonte le moteur et grimpe dans son bateau. Il essaye de se dégager avec un seul aviron mais comme Éole est fort, la tache est difficile. Voyant la situation, j’essaie de lui venir en aide en lui proposant de le remorquer , mais trop tardivement et horreur, je vois l’objet de tous nos rêves les plus fous se dégonfler instantanément (enfin seulement un boudin, car les autres sont étanches contrairement aux nôtres). Il vient de se ficher sur ce foutu bout de ferraille placé là par le diable ou un de ses acolytes pour crever cette si belle réalisation de l’homme. C’est pas dieu possible une histoire pareille. Nous avons l’air malin. La suite sera physique :je rame et je rame et je rame contre vents et marées avec l’impression parfois de faire du sur place pour remorquer, pour chercher le kit de réparation sur le Tavolara avec Jean d’abord, puis seul car il faut tenir compte des oublis, puis enfin pour revenir à nos voiliers respectifs, une fois le travail effectué. J’oublie la tendinite au coude droit, mais elle se rappellera à moi le lendemain. Nous avons bien lu la notice : il faut attendre 24 heures avant de regonfler le boudin convalescent. Nous restons donc une journée de plus près de nos « pays ». Nous tentons de vaincre nos appréhensions du mieux que nous pouvons : Jean surveille son petit bijou qui est resté sur la terre et moi je me remets en mémoire toutes les étapes de la réparation en espérant que je n’ai pas fait d’erreurs de procédure. Tout est bien qui finira bien, la soudure tiendra et je serai définitivement rassuré quand je verrai que l’annexe aura retrouvé toutes ses fonctions. Petites conséquences de l’histoire, Jean m’a promis de changer son bout d’amarrage rapidement et il a pris tellement plaisir à se déplacer à l’aviron, qu’il laisse maintenant son moteur à poste sur son voilier. Le ship qui m’avait vendu l’annexe et auquel j’ai expliqué mes ennuis, était très embêté : ce matin il m’a offert la dame de nage manquante et quelques petites babioles que j’étais venu lui acheter. Notre mauvais rafiot pourra au moins finir la croisière.

Il n'y a pas encore de commentaire, mais laissez le vôtre !

« »