Menu
Les voyages du Mayero

Faudrait quand même vous mettre d’accord, les dieux !

Voyage 2010

Mots-clés : histoire, mythologie, Grèce

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications :

Cette adresse restera entre nous, nous n'en ferons bien entendu aucun usage commercial.

Bon ce dernier avait sacrifié sa fille Iphigénie aux dieux pour obtenir des vents favorables, c’est d’accord.

Mais Oreste ne serait jamais passé à l’acte si l’oracle de Delphes ne lui en avait donne l’ordre… Et l’oracle ne représente t’il pas la volonté et la parole des dieux aux humains ??? Et par recoupement ,nous apprenons que, dans ce cas précis, le dieu qui est derrière tout cela, c’est Apollon.

Oreste a donc obéi. Alors pourquoi , après le meurtre, a t-il été traqué par les déesses vengeresses, autrement nommées les Erinyes ? Car non contentes de le rendre fou , elles le poursuivirent à travers toute la Grèce pour le faire juger et condamner à mort. Apollon était t-il en vacances ? Avait-il oublié de leur envoyer une petite note de synthèse à ce propos et se fichait-il complètement du sort de cet humain qu’il avait transformé en instrument de sa vengeance ???

Il semble que l’hypothèse la plus vraisemblable soit tout simplement un manque de communication et de concertation entre les dieux. En effet , interpellé pour donner un coup de main à son protégé, Apollon n’hésita pas à prêter son arc perso au fugitif. Mais il n’avait pas le pouvoir d’arrêter les Erinyes dans leur course folle. Notre héros se fait attraper : il passe en jugement , est condamné à mort ainsi que sa soeur, fait appel, et à nouveau condamné, fait jouer ses influences et enfin sa peine est commuée : il sera exilé pendant un an… Une paille, me direz vous ? Et bien non , pas pour Oreste qui est encore recherché par les Erinyes qui ne veulent pas lâcher le morceau.

Alors, il se rend à Delphes pour demander l’intervention d’Apollon. Celui ci l’envoie à Athènes pour qu’il soit jugé devant l’Aréopage, c’est à dire devant le tribunal des dieux. Il était temps !

L’accusation est bien sûr représentée par les Erinyes. La défense est assurée par Apollon. Athéna joue le rôle du juge… Après forces délibérations , Athéna donne raison à Oreste sous prétexte de la préséance de l’homme sur la femme ! Ainsi Agamemnon comptait plus que Clytemnestre . Femmes libérées, réveillez vous , il y a du boulot à faire dans l’Olympe.

Toutefois le jugement était assorti d’une condition : Oreste devait aller chercher en Tauride, c’est a dire en Crimee, une statue d’Artémis. Encore une malignité des dieux, vous allez vous en rendre compte. Notre champion arme un bateau et part en mer noire. Arrivé à destination, le roi, sans doute mis au courant de ses intentions, le fait arrêter et condamner à mort en sacrifice à Artémis. Mais devinez quoi ? Non ce n’est pas possible, la prêtresse d’Artémis n’est autre que … sa sœur Iphigénie . Vous lisez bien : celle là même que nous croyions morte et dont la disparition est la cause de toutes ces catastrophes et meurtres familiaux. Que s’était-il donc passé ? Hé bien au moment ou Iphigénie allait être tuée, Artémis, sans rien dire à personne, l’avait remplacée par une biche et l’avait envoyée dans ce pays lointain. Effusions, embrassades, gros câlins entre frangin-frangine… Mais il faut songer à s’échapper, car le roi veut la mort de l’intrus. Ils montent un plan qui réussit et arrive même à tuer le maitre des lieux.

Que deviennent nos héros alors ???

Iphigénie se la coule douce : elle continue son boulot de prêtresse d’Artémis en Argolide et vivra paisiblement . Oreste, lui, en rentrant, est tout à fait sain d’esprit et veut retrouver ses prérogatives : il se débarrasse de son demi frère, fils illégitime de sa mère Clytemnestre et s’empare du trône de Mycènes et Argos. Par ailleurs, il recherche la fiancée qui lui était promise avant son départ. Pas de bol, un autre a des vues sur la belle. Qu’à cela ne tienne, il le tue et convole avec la veuve. Les Erinyes ne sont pas contentes du tout. Alors pour se débarrasser définitivement d’elles , il leur donne un doigt. Ensuite il récupérera même le royaume de Sparte, au décès de son grand père. Il n’aura pas le temps d’en profiter beaucoup, car il succombera à la morsure d’un serpent. Personne ne peut dire si certains dieux étaient encore à l’origine de cet accident, mais vu l’ambiance qui régnait la haut, il ne faut pas écarter cette hypothèse…

Comme quoi, il vaut mieux pas être dans les pattes des dieux, si on veut être maitre de son destin

Il n'y a pas encore de commentaire, mais laissez le vôtre !

« »