Menu
Les voyages du Mayero

B comme Boule de mouillage(*)

Voyage 2003

Mots-clés : mouillage, Grèce

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications :

Cette adresse restera entre nous, nous n'en ferons bien entendu aucun usage commercial.

Appendice obligatoire à bord et désormais peu usité. Le hisser derrière l’étai permet de faire savoir aux autres marins que le bateau est à l’ancre.

Nous connaissons un ancien gendarme, très légaliste forcément par force d’habitude, qui l’arbore systématiquement. Il est intarissable sur les différents modèles disponibles sur le marché : les petites, les grosses, les gonflables et les dégonflables… et il en connaît un rayon sur la manière de les positionner… Autour d’un ouzo ces propos peuvent valoir leur pesant de cacahuètes, salées bien sûr.

Il justifie cette coutume désuète en évoquant les assurances en cas d’abordage; il argue en effet que certains nord américains sortent à tout bout de champ une caméra vidéo pour avoir des pièces à conviction en cas d’avarie, au lieu bien sûr de porter assistance à l’équipage en difficulté ou de protéger leur bateau.

Sur le Mayero nous ne mettons pas de boule de mouillage mais nous promettons à ceux qui agiraient de la sorte de passer un bien mauvais quart d’heure. Chantal et Jean-Marie

Premier mouillage

Nous sommes arrivés dans une petite baie tranquille pour le mouillage. La mer est verte. Les cigales font battre leurs ailes pour en laisser échapper des sons très spéciaux.

Ca y est, l’ancre descend lentement vers le fond. Quand enfin elle touche, le capitaine demande à sa femme de faire marche arrière pour voir si l’ancre tient bien. Mais la manette est dure. Quand le bateau recule, sa compagne le laisse partir en arrière trop vite et très longtemps.

Mais vu que c’était la première manoeuvre cette l’année de sa nana, comme l’appelle parfois le capitaine, il rigole un bon coup et lui explique que la prochaine fois il faudra y aller plus doucement. Mais il ajoute avec un sourire que “comme ça nous sommes sûrs que le Mayéro ne bougera pas”. Béné

Il n'y a pas encore de commentaire, mais laissez le vôtre !

« »