Menu
Les voyages du Mayero

Trois petites îles et puis s’en vont … à Amorgos et tutti quanti !

Voyage 2019
Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications :

Cette adresse restera entre nous, nous n'en ferons bien entendu aucun usage commercial.

Retardés par la fuite dans notre voilier, son identification, la mise en place du « remède », rendus prudents en cas de problème avec cette réparation, nous décidons de réduire nos ambitions et de nous limiter à une croisière dans les Petites Cyclades et Amorgos. Nous ne voulions pas tenter le diable, ni tous les dieux marins...

Bien nous en a pris : cette partie de la mer Egée était étonnamment peu fréquentée à cette période et nous avons pu bénéficier de beaux mouillages tranquilles, et même d’une place « alongside » au port de Koufonissia avec un accueil hors pair du responsable . Pas de grandes découvertes donc mais tout de même des randonnées sur des chemins encore inexplorés, des itinéraires plus « rase cailloux » avec le Mayero jamais effectués jusqu’alors le long des côtes et des ancrages dans des lieux nouveaux. Naviguer dans les Petites Cyclades présente en outre l’intérêt de passer rapidement de l’une à l’autre pour trouver le bon abri, quelque soit le temps. C’est exactement ce que nous avons fait à plusieurs reprises entre Iraklia et Skinoussa, car le vent tournait sans arrêt .

Nous avons pu poursuivre la découverte de la partie ouest de l’île de Koufonissia qui ne manque vraiment pas d’intérêt : l’activité de pêche est importante et quasiment insoupçonnable si l’on se contente de rester aux abords du port principal. Elle s’explique facilement en raison de la grande zone de pêche formée par les grandes îles inhabitées toutes proches… Les pluies plutôt généreuses cet hiver ont prolongé la floraison et la végétation était encore très printanière . Les habitants, pourtant assez fébriles en raison des travaux de préparation pour la saison touristique qui s’annonçait se sont montrés fort accueillants .

Amorgos fait vraiment partie de l’univers visuel des autochtones de ces îles et il n’était pas difficile de se décider , un jour de vent portant d’effectuer la traversée. Nous aurions bien aimé prolonger notre séjour à Amorgos mais les possibilités de mouillages dans la baie principale allaient devenir vite intenables, si l’on en croyait les prévisions météo et le quai était bien trop bruyant la nuit pour nous. Une jolie brise nous a permis de revenir tranquillement sur Skinoussa.

Bon ce n’est pas la fuite qui nous a obligés à accélérer un retour rapide vers notre base , c’est-à-dire Poros, mais bien un problème concernant le capitaine qui malencontreusement a cassé un appareil dentaire. Flûte et bon sang de bois, personne ne pouvait effectuer ce travail sur ces petites îles. Et même à Poros, le dentiste contacté s’adresse directement à un prothésiste d’Athènes. Comment font les navigateurs qui partent de longs mois sur leur voilier dans ces cas là? Nous n’avons encore jamais lu un compte rendu à ce sujet. Beaucoup d’articles, de livres sont consacrés aux problèmes de santé et même certains abordent les infections dentaires mais aucun, à notre connaissance n’aborde ce thème précis. Est-ce vraiment trop décalé par rapport au rêve véhiculé par l’idée même de la plaisance ?

Contre mauvaise fortune bon cœur, il faut rester positif, la dernière traversée de 60 milles s’est effectuée pratiquement tout le temps à la voile avec des vents de force 4, puis nous avons passé une superbe journée avec notre ami Jacques qui venait de finir la réparation de son moteur… Jacques, mais oui celui qui avait erré quelques jours dans les rails de cargos alors qu’il était sans vent et en panne de moteur. (confère le billet : « il navigue au gré des vents »

3 commentaires

Author avatar

Rédigé par Manou le 13 décembre 2019

Heureux de constater que vous continuiez d’en profiter ;-)
Author avatar

Rédigé par OURANOS le 13 décembre 2019

Pour réparer provisoirement (et même assez longtemps) les appareils dentaires, rien ne vaut une goutte de "Super Glue" ! ça marche aussi pour faire tenir l'appareil sur les dents (expérience vécue et garantie dans des circonstances identiques).
Author avatar

Rédigé par CHALLEIL Gilbert le 13 décembre 2019

Merci à nouveau pour les photos et les récits de voyage qui nous rappellent d'heureux souvenirs dans les petites Cyclades. Des mauvais souvenirs aussi à Katapola le jour où notre ancre et ses 80 m de chaine a été accrochée à 6 h du matin par le ferry. J'ai remercié le soir le capitaine bourru de ses efforts pour remettre mon mouillage à l'eau au lieu de mettre en avant lente et de m'arracher du quai. Depuis nous mouillons dans la baie ou derrière l'ile de Nicouria. Pour ce qui est de ta dent, un ami médecin me confirme que les dentistes utilisent de la colle cyanique (dite UHU) pour recoller les dents, en urgence ou pas. A utiliser avec précaution par une Chantal qui n'en fait pas trop tomber au fond de la gorge (cela ne remplace pas l'ouzo). Mes amitiés fidèles. Gilbert ex Gadjo
« »