Menu
Les voyages du Mayero

Se méfier des vents du sud

Voyage 2019
Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications :

Cette adresse restera entre nous, nous n'en ferons bien entendu aucun usage commercial.

Nous partagions l'endroit avec quelques voiliers et un petit bateau de pêche qui s'éclipsait la nuit pour relever ses filets et qui revenait au petit matin pour les ramender et surtout permettre à l'équipage de se restaurer et de dormir...Nous nous étions , en effet, promis de ne plus nous ré-amarrer au port fermé depuis que nous avions subi la casse lors de notre dernier séjour (cf le billet "Naxos: décidément nous n'aimons pas les ports" 28 mai 2016). Et pourtant nous aimons cette île continentale , ses très belles randonnées, , ses paysages variés, son castro vénitien aux ruelles magnifiques et ses petites échoppes de produits locaux... Alors nous avons osé le mouillage extérieur. Par vent de secteur nord, il est sûr: nous avons subi du 5 beaufort sans problèmes. Mais le bulletin météo prévoit malheureusement une bascule au sud et là, mes petits amis, c'est une autre chanson. Surtout qu'il aurait tendance à se renforcer au sud-est, justement la direction où notre mouillage n'est pas protégé. Et même si la force du vent paraît maniable (force 5!), sur le Mayero, il y a longtemps que nous nous méfions quand Eole a décidé de souffler dans cette direction : ce dieu a pris, à de nombreuses reprises, bien du plaisir à augmenter son souffle et se gausser des prévisions des hommes. Et cette année en particulier, il s'amuse comme un enfant à tromper le marin!

Allez zou! le matin suivant, nous nous levons dès potron minet et rejoignons par sécurité la baie de Naoussa que nous avions quittée 48 heures plus tôt pour nous risquer à Naxos qui ne dispose pas vraiment d'abris tous temps. Bien nous en a pris car durant cette promenade de santé, le vent monte tranquillement mais bien plus vite que prévu! A 16 heures, à l'ancre, il est déjà de force 6 avec des claques à 7. La mer se strie de longues lignes et les vagues s'ornent de belles moustaches blanches. Le Mayero se cabre sous les rafales, vient parfois de travers même si la barre est bien centrée.... Le ronflement du vent et le sifflement dans les haubans et les drisses pourtant bien saisies nous obligent à parler plus fort. Nous remettons 10 mètres de chaîne supplémentaires pour bien nous assurer, et nous vaquons à nos occupations habituelles en attendant que cela se passe et restons vigilants. Le vent forcissant encore, la nuit sera courte... La baie, relativement déserte à notre arrivée s'est remplie de nombreux voiliers durant la journée. Nous sommes maintenant plus de 35 mais restons à bonne distance des autres; nous ne risquons pas les conséquences des dérapages intempestifs ...

Nous plaignons le copain qui a décidé de rester à Naxos le long de la plage en pariant sur un Eole raisonnable et qui n'a pas écouté nos conseils... Il avait pourtant subi quelques jours plus tôt un sacré coup de sud à Parikia sur Paros, non prévu à cette force, et tous les bateaux avaient dérapé. Et nous étions déjà venus , par précaution, nous réfugier dans cette grande baie. Chaque équipage gère sa navigation comme il l'entend. Mais surprise le lendemain, il nous a rejoint. Aucun signe de sa part ensuite, sans doute la fatigue!

En ce qui nous concerne nous continuerons à nous méfier des vents du sud.

3 commentaires

Author avatar

Rédigé par Manou le 22 octobre 2019

Des séjours dans les îles grecques se méritent, Eole se donnant un vilain plaisir à tester l'endurance des marins les plus expérimentés ;-) Bonne continuation... Man👀
Author avatar

Rédigé par CHALLEIL Gilbert le 22 octobre 2019

Kalimera sas Jean Louis et Chantal. Nous avons avec vous essuyé un bon coup de sud durant 3 jours dans la baie de Naoussa. Le meilleur abri de sud des Cyclades à par Despotiko. Cela nous avait parmi de bien sympathiser. Et de bien bouffer et boire. Nous sommes toujours impatients de lire la suite de vos aventures, alors que nous ne navigons plus et que tous nos copains sont sur la mer. Amusez vous bien et ne soyez pas sage, mais prenez soin de vous. Josiane & Gilbert ex S/Y Gadjo
Author avatar

Rédigé par Nico le 22 octobre 2019

Ce n'est jamais évident de savoir si les aléas de la météo vaillent une nouvelle manœuvre/navigation ou si on peut continuer à profiter d'un lieu, voir d'envisager une petite balade à terre… Mais la prudence semble souvent le bon choix… En tout cas, cette recette de Saganaki nous donne des idées pour la suite de notre propre périple ;-) Grosse bise.
« »