Menu
Les voyages du Mayero

Que vive l'Europe

Voyage 2016

Mots-clés : recettes, Europe

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications :

Cette adresse restera entre nous, nous n'en ferons bien entendu aucun usage commercial.

D’autres, tels le Mayero, se contentaient de porter le grand pavillon aux douze étoiles sur fond bleu. C’était sans doute illégal puisque certains skippers français ont écopé il y a quelques années d’une amende de plusieurs centaines d’euros à Toulon pour cette raison.. Mais nous n’avons jamais vu ni entendu parler de tels excès de la part des autorités grecques. Je dois dire que cette marque extérieure d’appartenance à l’Europe facilitait les premiers contacts. Et nous étions heureux de nous sentir de la même communauté. Il faut se rendre compte en effet que les eaux grecques sont un lieu de rendez-vous incroyable de bateaux venus de toute l’Europe. Sans aucun doute notre amour partagé de la voile et de la mer nous rapprochait. L’anglais est le langage commun aux équipages et aux autochtones même s’il est souvent peu académique et approximatif. Nous nous sentions unis, sans doute de façon symbolique et un peu idéaliste mais nous avions l’impression que les mentalités commençaient réellement à évoluer. Hellas! triple buse et jambe de bois, une série de froides rafales dévastatrices, venue du continent et même d’une grande île septentrionale , a déferlé sur le plan d’eau et nous avons vu disparaître rapidement tous ces signes qui permettaient de penser que nous sortions enfin des vues étriquées du nationalisme à tout crin . Et voici que nous envahissent maintenant des pavillons nationaux de plus en plus importants par la taille: certains dépassant le mètre soixante d’envergure sur des unités d’à peine 36 pieds. Nous en avons même vu un au mouillage, qui faute de vent, l’avait tenu déployé avec des épingles à linge. Inutile d’insister sur le fait que mes propos très ironiques dispensés à voix forte lors de mon passage avec l’annexe auprès de cette belle unité du midi de la France, ont amené le propriétaire, un peu penaud, à rentrer son objet de fierté un peu trop voyant. (Tout de même c’est pas dommage! Nous ne pouvons pas tout laisser passer sans réagir.) Il est de plus en plus visible désormais, que des français, des italiens, des autrichiens, des allemands, des suédois, des danois et des hollandais et des anglais se déplacent et/ou se regroupent au port en petites flottilles. C’est devenu à tel point qu’avant-hier nous avons été agréablement surpris de voir arriver un 34 pieds avec le drapeau européen venir nous saluer… (nous n’avions pas encore enlever le notre.)… heureux sans aucun doute de se trouver en pays de connaissance. L’équipage était d’origine allemande et nous avons échangé sourires et quelques renseignements pratiques en mauvais anglais (comme souvent…) Cette première prise de contact a été chaleureuse. C’est heureux car le moral en avait pris un vieux coup: des pratiquants d’aviron de mer venaient d’entrer dans la baie et à l’arrière des 4 embarcations flottaient d’immenses pavillons danois, alors que les fois précédentes ils étaient beaucoup moins voyants. Une vraie provocation! Et bien c’est décidé, lors de la prochaine balade à la voile nous augmenterons de façon significative la taille de notre beau symbole européen. Il n’y a aucune raison de sombrer dans l’ambiance rétrograde actuelle… Les vrais marins savent que depuis quelques années la liberté de circulation sur la mer s’est considérablement rétrécie en raison des nombreux conflits locaux et des replis sécuritaires qui augmentent de façon impossible les contrôles des autorités locales: une multitude de destinations est maintenant interdite ou pour le moins très compliquée. Alors que dans les eaux européennes et en particulier en Grèce, nous pouvons passer des mois à naviguer sans contraintes dans des mouillages magiques . Quand nous sommes arrivés la première fois en territoire hellène, il y a presque 20 ans il nous avait fallu attendre des heures pour avoir notre papier d’entrée; ensuite la police nous contrôlait à chaque port. Est-ce cela que tous ces fondus du drapeau national et du patriotisme veulent retrouver???
PS nous n’avons jamais vu de bateau grec avec les couleurs de l’Europe. Par contre nous avons vu pléthore d’équipages européens sur des voiliers de ce pays et pour cause: pratiquement tous les voiliers de location sont enregistrés en Grèce et dieu seul, s’il existe, en connait le nombre. Par contre, les pavillons de complaisance sur les grosses unités à équipage professionnel sont pratiquement tous sous pavillons anglais, américain du Delaware, maltais, panaméen, j’en passe et des meilleures… pour ne pas payer de taxes

Il n'y a pas encore de commentaire, mais laissez le vôtre !

« »