Menu
Les voyages du Mayero

Nous prenons nos (mauvaises?) habitudes au club de Chalchis.

Voyage 2014

Mots-clés : Erétria, Eubée, chalchis, recettes

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications :

Cette adresse restera entre nous, nous n'en ferons bien entendu aucun usage commercial.

Katia, la secrétaire nous a donné ce matin la clé avec un grand sourire. Elle apprend l’anglais depuis quelques temps pour accueillir les étrangers et nous l’avons rassurée sur ses progrès, car nos échanges ont été très faciles… Nous sommes arrivés depuis hier et nous goûtons déjà aux plaisirs d’être amarrés à un quai. Chantal craint de perdre tout son amarinement, il ne faudra donc pas abuser de cette situation par trop confortable. Il faut dire que nous sommes invités par le vice président Philippe, qui nous a fait l’honneur de nous recevoir lors de notre arrivée avec Somni, sa chienne fidèle. Nous profitons aussitôt du lieu convivial du club, animé par Iota, pour nous rafraîchir et converser avec les membres de cette sympathique association. C’est dimanche : les Optimists et les Lasers sont de sortie avec les jeunes ; les élèves de l’école de course rentre après un entraînement sérieux.. Le prochain WE aura lieu la nouvelle « race » et Loukas, comme les autres propriétaires, prépare son bateau… Il a démonté son safran pour changer la bague de la mèche . Près de 300 membres et 30 habitables, un nouveau bureau dynamique… Longue vie à ce club !
Mayero a gagné en vitesse : à Erétria , Philippe a plongé avec sa bouteille pour finir le carénage et nous avons presque gagné un nœud et surtout une sortie à terre fin juin.
La remontée du canal d’Eubée, depuis Porto Rafti, a été plutôt difficile avec ses vents et ses courants contraires assez forts. Notre arrêt au petit port de Boufalo ne devait pas durer si longtemps . qu’importe! Cette escale est à marquer d’une pierre blanche: nous étions seuls au mouillage dans ce bel endroit fleuri. Les pêcheurs locaux, forts avenants, ne sont pas sortis non plus durant notre séjour. Une belle halte pour apprécier les balades à pied et les activités du bord quand nous sommes à l’arrêt : cuisine , matelotage et surtout lecture et écriture. Nous adorons…__
En attendant, nous avons fait le plein de beaux légumes, de fromages et de condiments sur le marché d’Erétria et les cales du Mayero sont pleines. Philippe nous a ramené de cet excellent vin de Likos pour compléter notre avitaillement. Arman et Alicia nous ont gâtés avec notamment un “tass kebab” formidable lors d’un ” perfect dinner”. Tout va donc bien à bord.
Il nous reste à passer cet inévitable pont de Chalchis qui fit longtemps la fortune de ses habitants. Le courant de marée très capricieux et très changeant est peu prévisible, car ce goulet joue un rôle de sas entre la branche nord et la branche sud de ce bras de mer. Il faudra sans doute subir encore les discours suffisants des responsables du port qui , non contents de faire payer une taxe pour franchir cet obstacle, prennent visiblement un plaisir intense à jouir de cette situation. En attendant, profitons des avantages de cette ville de 5OOOO habitants, chargée d’histoire, pour terminer de biffer les dernières lignes de la liste des travaux. Et tant pire si cette escale est un peu bourgeoise!Nous irons au vieux marché chaque matin pour nos emplettes, nous discuterons sans fin avec Arman et Philippe. Nous échangerons avec Sautoris, un grec australien qui a restauré son vieux voilier de 1960.

Il n'y a pas encore de commentaire, mais laissez le vôtre !

« »