Menu
Les voyages du Mayero

« Vire au guindeau… Good bye ! »

Voyage 2017

Mots-clés : guindeau

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications :

Cette adresse restera entre nous, nous n'en ferons bien entendu aucun usage commercial.

Ah guindeau, guindeau quand tu nous tiens ! Il faut avoir remonté à la main des centaines de fois l’ancre et sa chaîne, parfois dans des conditions difficiles, voire périlleuses pour apprécier enfin l’aide inappréciable de ce bel outil. Le premier, mécanique avait été échangé contre un quart de veau maison : une belle occasion qui n’avait pas failli (merci François!). Toutefois l’exercice restait physique. Rappelle-toi Nico à Syracuse les 5 fois où il avait fallu remonter l’ancre lors d’un coup de vent dans la baie, car le fond d’algues nous faisait déraper dangereusement. Malgré ton énergie et ta volonté, tu étais resté sur le carreau un bon moment. Il aura fallu, qu’en solitaire, pareille mésaventure me survienne dans une baie grecque avec des rafales tournantes et des rochers tous proches pour que je me décide à moderniser le Mayero en 2008 en faisant poser à Poros un engin électrique.

Amoureux des mouillages sauvages, ce compagnon est devenu indispensable, surtout depuis que nous avons doublé la longueur de chaîne en la portant à 68 mètres pour tenir compte des fonds accores de la Méditerranée. Cette année pour recevoir Nico et sa belle, nous avions particulièrement soigné la préparation du Mayero et nous avions, pensions-nous , épuiser toute la liste des vérifications et des travaux possibles et en particulier tout le système d’ancrage car notre jeune équipage avait émis le désir d’effectuer de nombreuses plongées en apnée. Las ! Dès la première étape le guindeau se met en rideau et toutes mes tentatives pour le dépanner n’aboutissent pas. Nico, d’excellente composition, se propose de remonter l’ancre à la main, ce qu’il fera d’ailleurs très bien dans les jours suivants. Mais il est inutile d’envisager des incursions de quelques heures dans des baies avec de beaux tombants propices à la plongée mais profondes et peu protégées. Du coup je prends contact avec notre ami Spiros à Poros pour trouver une solution : il connaît un très bon électricien et aménagera un rendez-vous. Adieu donc la balade dans les Cyclades et en quelques étapes agréables, parfois ventées et pluvieuses, nous arrivons à bon port pour mouiller dans 10:12 mètres d’eau. Pour clôturer le tout, nous prenons l’orin dans l’hélice et manquons de rater l’opération : seule une intervention expresse de notre plongeur émérite permet de sauver la situation.

L’électricien arrive peu de temps après sur le Mayero : surprise ! C’est celui qui a posé le guindeau il y a quelques années (nous ne l’avions jamais rencontré). Il diagnostique le problème vite fait : le carter du moteur est plein d’eau! Nous démontons le tout mais il a fallu dégager le pont du radeau de sauvetage et tout cela me vaut la reprise de mes problèmes d’épaule. Heureusement Nico sera présent pour la suite… La suite , en ce qui nous concerne c’est le nettoyage de toutes les pièces, la réfection de l’embase du carter avec de l’époxy alu et la commande du joint d’étanchéité et du Sikaflex auprès de Spiros. En ce qui concerne Antonis, l’électricien, c’est la refonte totale du moteur qui était out ! En moins de 48 heures tout est remonté. Vite, nous levons l’ancre, pour rejoindre fissa un beau mouillage en fin d’après midi pour une plongée d’enfer  car il ne reste que 3 jours aux jeunes avant leur départ. Ils auront le temps d’en effectuer deux autres, tout aussi réussies. Ouf ! Dommage de n’avoir pu en faire plus mais les jeunes sont plutôt d’humeur joyeuse et semblent ravis de leur séjour ; ils déclarent apprécier Poros qu’ils ne connaissaient pas ! En attendant un grand merci à Spiros et Antonnis.

Il n'y a pas encore de commentaire, mais laissez le vôtre !

« »