Menu
Les voyages du Mayero

Un moment délicieux! (Méganisi)

Voyage 2004

Mots-clés : Grèce, Ionienne (mer), Méganisi

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications :

Cette adresse restera entre nous, nous n'en ferons bien entendu aucun usage commercial.

Le prétexte: l’approvisionnement en vivres frais. En fait en projet une jolie balade pour rejoindre un village par des sentiers odorants au bord de l’eau à travers les oliviers, les chardons bleu et jaune, la sauge et les cyprès. Mais au bout d’une heure le soleil est vite de plomb. Les chemins accidentés deviennent difficiles surtout dans les montées. L’ombre est de plus en plus rare. Les errements vains pour trouver le chemin le plus court et le plus agréable commencent à peser. .. Il faut maintenant emprunter une petite route peu fréquentée mais moins romantique. L’ambiance est très moyenne et chaque pas à présent compte, les échanges sont rares : il faut garder le souffle. Les regards sont peu amènes. Cela n’est pas l’enfer mais quand même… Le plaisir escompté est plutôt absent … Au bout de deux heures, enfin une grande descente et nous commençons à apercevoir Vathi. Plus facile d’autant que le chemin de retour est repéré. Par conséquent, nous éviterons la remontée de cette “foutue côte”. Mais même à ce moment là, aucun d’entre nous n’envisagerait de vivre de façon plus habituelle dans un pays aussi chaud. Et puis… nous arrivons sur le port et nous entrons dans une petite cour couverte de feuillage: nous nous affalons dans des fauteuils rembourrés et moelleux à souhait. Une petite brise venue de nulle part rafraîchit l’atmosphère. Des dames très accueillantes nous servent un vrai café frappé. Sur la pancarte d’entrée, il est écrit “smile”. 5 ans que nous fréquentons l’endroit et nous sommes reconnus. Boisson fraiche...Tout à l’heure nous irons saluer notre copain l’épicier qui sera heureux de nous revoir. Le retour au Mayero sera plus facile même si les sacs se sont alourdis et que le soleil tape plus fort. A l’aller, encore peu habitués aux conditions locales, nous en avions presque oublié les raisons qui nous font aimer ces îles. Peut-être une prochaine fois choisirons nous une baie un peu plus proche!

Chantal et Jean-Marie

Il n'y a pas encore de commentaire, mais laissez le vôtre !

« »