Menu
Les voyages du Mayero

Le foot! le foot

Voyage 2004

Mots-clés : Grèce, vie locale, foot

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications :

Cette adresse restera entre nous, nous n'en ferons bien entendu aucun usage commercial.

Nous oui! En arrivant sur l’île de Lefkas en taxi, grâce à la radio du chauffeur, nous avons pu percevoir des cris hystériques. Nous entendîmes un klaxon assez proche de nous, en effet, c’était notre taxi, fou d’avoir gagné sa demi-finale! Nous entrâmes dans une ville déchénée: feu d’artifice au niveau du pont et femmes, hommes, enfants, voitures, mais surtout défilé continu de mobylettes dans la ville. Les drapeaux volaient à tout-va et les cris nous encerclaient sur une route à double sens devenue sens unique à cause de ces mobylettes qui encombraient la route. Et tout cela à minuit. Nous entendions encore les Klaxon à 1 heure du matin, heure où nous avons pu trouver de l’eau dans un café encore bien déchainé qui repassait en boucle les buts ratés et “the” but. Nous avons fini par nous endormir une heure plus tard. Il n’y avait plus d’essence dans les mobylettes…
Marion

Le foot! Le footLes Grecs gagnent la finale!

En mangeant, nous entendions le match à la radio. A ce moment, il n’y avait pas eu de but. Vers 21h45, nous sommes parties à vélo (comme d’habitude, moi et Marion) nous installer dans un café pour essayer de voir le match à la T.V.. Nous nous sommes arrêtées au deuxième et finalement il n’y avait pas tant de monde que ça. Le serveur est venu nous voir avec un drapeau grec sur son dos pour nous demander ce que nous voulions Nous avons commandé deux Coca (comme d’habitude!). Quinze minutes après la mi-temps, les grecs avaient marqué. Quelques motos sont passées en klaxonnant. Et plusieurs personnes sont sorties dehors pour courir. A la fin du match, il n’y avait plus personne dans le café, enfin si, mais ils étaient tellement contents que nous n’osions pas déranger le serveur. Dix minutes plus tard on a enfin payé. En rentrant sur notre vélo on a crié plusieurs fois et Jean-Marie et Chantal nous on entendues du bateau. Après quelques frayeurs, nous sommes rentrées saines et sauves…

Marie

Il n'y a pas encore de commentaire, mais laissez le vôtre !

« »