Menu
Les voyages du Mayero

Nouveau départ

Voyage 2010

Mots-clés : Grèce, Italie, Mayéro, Trafic, armement hivernage, pêche

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications :

Cette adresse restera entre nous, nous n'en ferons bien entendu aucun usage commercial.

La transition Trafic Mayero
Il y a quelques années nous voyions les équipages de toutes nationalités descendre du nord de l’Europe avec leur camionnette aménagée pour rejoindre leur voilier en Grèce. Ce qui nous semblait une bonne idée était devenu une nécessité quand le Mayero avait subi les affres du tremblement de terre en 2003 : il nous avait fallu suivre les travaux de très près , voire les faire nous-mêmes, car les grecs missionnés pour les effectuer avaient une fâcheuse tendance à nous oublier sitôt que nous étions en dehors de leur champ de vision… Nous avions aménagé succinctement un Jumpy , pour dormir et emmener un maximum de matériel et d’outils pour poursuivre les travaux . Nous avons pris goût à ce mode de déplacement et il faut bien avouer que la transition depuis notre ferme jusqu’au chantier s’effectue dans de bonnes conditions. Nous avons remplacé le vieux Jumpy qui n’en pouvait mais, par un Trafic dernière génération puis nous avons peaufiné les aménagements et vogue la galère. Nous ponctuons ce long voyage de visites à la famille et aux amis et nous pouvons amener de quoi améliorer notre voilier : cette année par exemple nous avions dans les coffres le nouveau gaz , une girouette, un nouveau système d’homme à la mer… Deux équipages amis en ont profité pour nous faire transporter un bout dehors , un alternateur, une pompe… car ils venaient sur place en avion. Du moins le croyaient-ils car l’espace aérien a été bloqué ces derniers jours en raison du nuage de poussières volcaniques venu d’Islande !


Passage à Ancône :

la province des Marches nous a séduits depuis longtemps. La ville de Iési et le paysage très vallonné aux alentours est très beau et ressemble à la Toscane sans son côté tapageur. Sur chaque promontoire , un village fortifié domine des vignes, des champs cultivés à la terre noire, des vergers et de vastes pâturages. Cette année nous avons eu la chance de découvrir enfin le théâtre baroque de Iési de l’intérieur : nous avons pu assister à une avant-première d’un spectacle super aux premières loges. Le rêve sera totalement atteint quand nous pourrons y découvrir un opéra de Verdi , mais il faudrait revenir en septembre pour le festival local …
Iesi: la place ou est ne Frederic 2. Le lion est l'embleme de Frederic 2 : il y en a partout dans la ville Iesi-lion-2.jpg Iesi-lion-3.jpg Nous adorons cette ville italienne iesi-2.jpg Iesi-1.jpg aux premieres loges

Le theatre de Iesi dit “du Pergolèse” date du XVIII ème siécle. Tous les villages aux alentours ont leur propre théatre et fonctionnent en réseau. La gestion est publique.Iesi est la ville natale de Frederic II de Suevia, empereur de Germanie et de Sicile (1194). Il passa une grande partie de sa vie à Palerme. Il fut excommunié par le pape pour avoir refusé de faire couler le sang des “infidèles”lors d’une croisade à Jérusalem.Son embléme est le lion et nous en trouvons partout dans la ville… Iesi est peuplée de 41000 habitants. Ses ressources économiques s’appuient sur l’gricuture, l’industrie et le commerce. La cru local est le vino Verdicchio de Iesi, excellent et peu onéreux. Plus select le “Lacrima di moro d’Alba” plus capiteux. Quelques recettes locales:

  • en entrée des fraises coupées en deux sur lesquelles on pose délicatement un petit morceau de chevre dur arrosé de miel et vinaigre balsamique: un délice!
  • ensuite Tagliatelles avec une sauce champignons, ail, trévise, persil, une saussice émiétée et de la pana (créme)
  • puis salade de chicorée avec olive , anchois et panacotta

le tout arrosé de Verdicchio blanc. Merci à Mariegrazia

Passage à San Marino sous la pluie
avec la brume , nous avons juste aperçu le paysage qui parait splendide. La vieille ville de cette république indépendante est complètement restaurée pour les touristes. Les banques et les marchands d’armes en tout genre sont légion. Bref aucun intérêt, sauf pour rassasier notre curiosité .

Sous la pluie avec Mariegrazia et Giovanni a San Marino Paysage magnifique la vieille ville san-marin--4.jpg

Les vongoles

Revenus dans les Marches, nous avons eu la chance de découvrir enfin le secret d’un des plats les plus réputés dans l’Italie : les tagliatelles aux vongoles, une veritable institution culinaire. Bon d’accord tout le monde connaît les tagliatelles, mais pour les vongoles , c’est une autre histoire. Donna Leon en a fait un sujet pour un de ses bouquins qui se passe à Venise avec le commissaire Brunetti. Nos amis italiens nous ont reçu lors de notre première visite avec ce plat réputé. Nous avions appris alors que c’était grave pêché que de vouloir y ajouter du parmigiano regato râpé. Nous sommes en mesure de vous indiquer la provenance de ce fameux mets. Il s’agit d’un petit coquillage que l’on trouve dans le nord de l’Adriatique, entre la coque et la praire à la couleur brunâtre. Il est pêché durant trois mois avec des bateaux conçus uniquement pour cela : la grage est postée sur la proue et quand elle est mise à la mer , une grosse pompe fournit de l’eau dans des tuyaux pour fouiller le sable et le bateau la tire en marche arriere . Et le matin aux aurores, depuis la côte, nous découvrons à quelques milles des dizaines de ces embarcations tout au long de l’horizon. La plupart des marins ne travaillent que pendant ces trois mois. Nous étions présents lors d’une débarque. Une intense activité règne sur le port . Chaque bateau ramène l’équivalent d’une demi –palette. Les camions frigos attendent sur un quai de déchargement et sont prêts à partir sur les marchés des grandes villes dès qu’ils sont chargés. Une fois la transaction terminée, les équipages vont rejoindre les autres grandes barques rangées en rang d’oignon dans un coin du port.

Pecheurs de vongoles Pecheurs de vongoles

Le passage de l’Adriatique s’effectue par ferry depuis Ancône vers Patras : le pont ouvert qui est réservé aux camping cars et aux camions est déjà plein . C’est la grande migration des retraités vers le Sud qui a commencé. Nous rencontrons un original qui a fait l’Amérique du sud avec son 4x4 aménagé et qui part en Iran. Excellent contact : il nous envie d’avoir un voilier.

Vue d'Ancone depuis le hublot du pont ouvert du ferry 201-croisiere-trafic-070.jpg

Quatre jours pour préparer le Mayero, ce n’est pas trop. Quand nous faisons la liste des travaux le premier jour, nous ne pensons pas que le laps de temps que nous nous sommes impartis sera suffisant pour en arriver au bout ! Et les copains à voir, notamment notre ami Didier qui a tant travaillé cet hiver sur notre bateau… Pourtant nous tenons le pari. Cette année beaucoup d’évolutions sur le Mayero : - Les nouveaux hublots de la cabine nous permettent de redécouvrir les bienfaits d’un salon de pont : nous vivons dans l’eau et notre horizon est immense … De plus finies les fuites qui transforment le contenu des placards en matériel inutilisable…
blots, une vision panoramique

- La barre à roue est magnifique et nous n’aurons plus d’appréhension lors de mer agitée : la barre ne cassera pas ! - La plate forme arrière et l’échelle permettent un accès plus facile à l’annexe et des remontées à bord aisées, ce qui est un gage de sécurité, dans le cas de « l’homme à la mer », par exemple. C’est aussi un sacré confort pour le nageur.

le nouveau look: vue de la poupe

- Le nouveau génois facilitera les allures de près et ne risque plus de se déchirer ; - Toutes les vannes à bord ont maintenant été changées. Il nous a fallu un programme de quelques années pour réaliser ce projet. - Le nouveau gaz nous redonne deux feux et un vrai grill en plus de la sécurité qui n’existait pas sur l’ancien . Nous n’avons plus d’excuses pour préparer des super repas aux copains. (d’ailleurs, ils ne se plaignaient pas jusqu’ici…) - Le nouveau bimini, plus grand et plus esthétique redonne de l’espace au cockpit et protège mieux du soleil - Les bossoirs autorisent la saisie de l’annexe à la poupe pendant les traversées, ce qui évite les dépliages et regonflages à chaque étape et les cassages de dos (ce jour, nous avons encore des améliorations à apporter pour que tout soit opérationnel) - Enfin, l’acquisition de nouvelles sacoches pour ranger les outils nous ont permis d’évacuer notre vieille grosse caisse bien lourde et encombrante !


Tous ces nouveautés plaisent beaucoup à Jurgen , notre mécanicien qui est venu faire la révision du moteur, et nous en sommes vraiment heureux.

Mayero-finitions.  Mayero-sortie.jpg  nouveau look vue tribord

Il n'y a pas encore de commentaire, mais laissez le vôtre !

« »