Menu
Les voyages du Mayero

Nous y étions…

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications :

Cette adresse restera entre nous, nous n'en ferons bien entendu aucun usage commercial.

Cette fois ci c’était le Medicane, cette espèce hurricane méditerranéenne dont la trajectoire et la force est imprévisible . La notre, née au large de la Libye, a fait la une des médias grecs pendant plusieurs jours et a même déclenché l’alerte rouge sur la Grèce.
Mis à l’eau depuis une semaine, nous avions rejoint fissa notre mouillage situé à 3 étapes pour nous préserver d’un vent du nord très fort sur Poros, annoncé à force 9/10 pendant plusieurs jours… Ce phénomène tout à fait inhabituel sur zone ne devait pas durer… C’est heureux que nous ayons retrouvé nos amis de Belle Lurette dans notre baie pour passer de bons moments, mais force est à dire que nous n’avions pas prévu rester si longtemps en cet endroit.
Jeudi et vendredi 28/09 , premiers signes: de nombreux propriétaires de barques sortent leurs bateaux à partir de la petite cale , située à quelques dizaines de mètres de notre bouée ; des amis grecs nous interpellent au téléphone pour savoir si nous sommes bien à l’abri… Le vendredi , des amis bretons sur la Crète nous demandent des nouvelles. Nous nous renseignons sur les sites météos internet : nous apprenons ce qu’est un Médicane et les effets possibles sur la Grèce (inondations , vents violents…) . Mais a priori rien n’indique qu’il va passer au dessus de nous, il est plutôt prévu pour le sud Péloponnèse , la Crète et ensuite le sud de la Turquie. Malgré tout, de nombreux voiliers viennent se réfugier dans la baie où nous sommes. Les bulletins grecs sont optimistes concernant le nord de l’Argolide… Nous préparons tout de même le Mayero pour faire face à un éventuel coup de vent (selon l’adage marin « trop fort n’a jamais manqué »). Nous partageons le dîner avec nos amis de Belle Lurette qui nous rejoignent sous la pluie orageuse…
Samedi 29/09
Journal numérique Ouest France :Météo. La Grèce et le Péloponnèse touchés par le « médicane » Zorba
Mais qu’est-ce qu’un « médicane » ? contraction de Méditerranée et « hurricane » . Les « médicane » ont l’apparence d’un cyclone traditionnel mais sont plus petits et moins violents. Peu courants mais récurrents, ces grosses dépressions peuvent se former quand la mer est au plus chaud, à la fin de l’été, provoquant tempêtes et fortes précipitations.
Bon nous nous apercevons bien vite que nous serons dans la trajectoire, le baromètre descend régulièrement , bien en dessous des prévisions locales et le vent qui ne devait pas dépasser 7/8 forcit régulièrement jusqu’à neuf. J’arrêterai de sortir mon anémomètre à main (cadeau de Chantal) quand la pluie sera trop violente. La plupart des propriétaires des voiliers à l’ancre et une bonne partie de ceux qui sont au mouillage veillent . Sur le bord, où sont amarrées des dizaines de petites embarcations de pêcheurs ou de particuliers, c’est un ballet incessant de voitures de grecs inquiets pour leurs bateaux. Le vent qui vient du fond de la baie a le temps de développer toute sa force : la pluie battante est portée en nuages à l’horizontale et les vagues pas trop dangereuses en soi, sont fort désagréables en raison du ressac créé par la proximité de la côte . De nombreux amis nous appellent par mail, par SMS, par téléphone. Peut être sont ils mieux informés que nous sur l’évolution du phénomène. « Take care » nous dit George depuis son mouillage dans les Sporades. Pierre, depuis la Crète nous envoie des cartes météo réactualisées mais toujours en retard sur les événements réels. Henri depuis Poros , Daniel depuis Kilada demandent également des nouvelles… Nous guettons le baromètre , en espérant qu’il passe à la hausse mais il baisse de façon continue et Eole s’en donne à cœur joie . Nous ne sommes pas vraiment sereins : quand verrons nous la fin de ces joyeusetés ? Nous n’arrivons pas à nous concentrer sur la lecture, l’écriture...Jacques sur Belle Lurette en veille sur la VHF en cas de problème, répond à un SMS qui lui demandait des infos : « On bulle »Je refais à nouveau une tournée d’inspection du bateau, je vide les annexes, redonnent du mou à leurs amarres sous la surveillance de Chantal , peu rassurée. Je suis complétement trempé. La pluie redouble de violence… Nous ne voyons plus à 20 mètres... Nous mettons le moteur en route pour faire face en cas de problème. A 20 heures, le baro est au plus bas, moins de 996, c’est alors que le vent faiblit progressivement , et le calme s’installe. J’avais lu ce que les marins décrivaient comme « l’œil du cyclone » et sans avoir réellement l’envie de partager cette expérience , mais je ne suis pas mécontent de vivre ce moment un peu magique. Peu de temps après, le vent est passé au nord-ouest en forcissant et la pluie qui avait cessé momentanément, reprend. Mais pour nous c’est bien terminé : nous sommes protégés par la côte et les éléments se calment progressivement.
Dimanche30/09 : nous sortons un peu groggy de cet épisode. Il a plu toute la nuit. Je profite d’une calmie pour faire quelques courses. Sur le bord, quelques embarcations ont coulé ; les restaurants nettoient leur terrasse sur lesquelles se sont accumulés des galets … Il y a 15 cm d’eau dans certains champs. Les grecs rencontrés, nous parlent de ce « very bad weather » mais la vie a repris ses droits. Même cette nuit , nous avons entendu la musique d’un orchestre de mariage à partir de minuit. Et maintenant que j’écris, j’entends à nouveau les pêcheurs se houspiller près du petit chantier naval et le son du cor qu’un habitant fait résonner sur les hauteurs aux alentours.
Et pour vite se remettre dans le bain et dans des situations plus positives, je vous propose quelques prises de vue de la fin de notre croisière de printemps : la course des vieux gréements de Spezes, les planchistes du golfe de Corinthe un jour de vent noroit
une vue du port de Méthana où nos amis du Polly Argo nous ont inscrits fin juin
et enfin quelques images de Corinthe Archaia et celles de la visite la citadelle qui domine toute la région (l'Acrocorinthe)

14 commentaires

Author avatar

Rédigé par OURANOS le 12 décembre 2018

Content que vous soyez passé à travers. Pour nous, nous y avons laissé le Génois (pourtant attaché) ! ça va nous coûter un bras ! Quand pensez vous revenir sur Poros ? Je vais remonter la bateau chez Takis car sans génois, pas question de lancer dans la balade prévue avant de tirer le bateau au sec. Comble de malheur, nous avons été rincés au point de ne plus avoir un poil de sec. Résultat un superbe rhume, (et pas de rhum pour faire un grog). Enfin, nous sommes là pour en parler c'est le principqal A très bientôt (?) K & H
Author avatar

Rédigé par Thomassin le 12 décembre 2018

En effet, on a pensé à vous quand les infos nous ont prévenu que Zorba allait vous secouer ! Donc pas de dégâts juste une expérience de plus et comme dit l'adage: ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts, vous voilà des marins aguerris ! Bises
Author avatar

Rédigé par arnaud vasselin le 12 décembre 2018

Mais quelle aventure !!!! Prenez soin de vous ! Bisous
Author avatar

Rédigé par Manou le 12 décembre 2018

Ravi de vous savoir en un morceau et que vous ayez pu (sur)vivre cet événement météorologique. Bonne continuation dans vos aventures...
Author avatar

Rédigé par Gérard KIRCHER le 12 décembre 2018

On n'a pas suivi le phénomène du fond de notre Bretagne. Il faut dire qu'il fait particulièrement beau ici et on continue à se baigner. Rétrospectivement, j'ai ai froid dans le dos ! L'important est que vous soyez sauf et que le bateau ait tenu bon.
Author avatar

Rédigé par Nico le 12 décembre 2018

J'ai l'impression de lire du Jack London… y'a pas à dire, on sent les rafales et la pluie nous fouettait en lisant vos récits… et c'est bien plaisant de le faire sous la couette qui plus est ! Profitez bien d'octobre… Grosse bise…
Author avatar

Rédigé par Nico le 12 décembre 2018

Ah, mais je n'avais pas vu les photos ! Que ce soit la pluie, le vent dans les voiles des planches, les sentiers ou les vieilles pierres, vous nous gâtez ! Merci pour ces superbes images !
Author avatar

Rédigé par Andre.montais le 12 décembre 2018

Le mauvais temps même au mouillage reste un moment délicat à gérer mais voilà une expérience de plus qui une fois bien terminée renforce le confiance de l'équipage dans le bateau......donc continuez comme cela ......afin d'engranger de beaux et forts souvenirs dont nous avons la primeur.... Bonne nav et au plaisir de lectures futures.....
Author avatar

Rédigé par Isabelle Béhier le 12 décembre 2018

Comme me disait papa : "Il me fout la trouille par moments ton frère sur son bateau !" Portes toi bien Isa
Author avatar

Rédigé par jojob le 12 décembre 2018

Notre escapade crétoise est terminée. Nous n'avons pas vu de Mayero à Héraklion pour faire le tour de l'ile, et nous en sommes ravis. Car avec ce que nous avons subi comme météo là-bas, il n'aurait fallu que quelques secondes pour renvoyer tout ce que l'estomac était en train de digérer. Mais le pont aurait été vite nettoyé au karcher, tant les trombes d'eau étaient violentes elles aussi. Nous sommes donc tombés sur la semaine de beaucoup d'impossibles, avec notre petite auto. Pas de bol ! Nous qui venions profiter du soleil, de la mer, des paysages, des monuments, de la chaleur, nous avons eu tout ce que la Normandie nous donne avec générosité à longueur de temps. Le point positif, c'est qu'on pouvait se passer du pull en laine et de la doudoune. Les pierres étant là-bas encore gorgées de calories, la température de l'air reste très agréable à la saison. Heureux de constater que vous avez affronté Zorba sans dommages. Mais z'avez pas vu Mirza ? Il peut vous rendre fous !!! Vous qui prolongez votre séjour, aurez la chance de vivre de meilleurs moments, que cette parenthèse météorologique abracadabrantesque.
Author avatar

Rédigé par Éliane et Jean-Yves le 12 décembre 2018

Pour nous qui étions à Astros et sommes venus à Kilada affronter ce Medicane, merci des nombreux échanges que nous avons eu pendant l'arrivée de ce cyclone et qui nous ont incité à prendre la bonne décision. La baie de Kilada, même si une rafale à 63 nds ( 115 km/h ) nous a secoué, reste un must pour son mouillage peu profond dans une baie presque fermée. Par contre, il nous paraissait évident qu'il ne fallait pas rester à Astros où les voiliers restés ont dégusté avec les vagues qui passaient sur le quai ! A nous croiser l'an prochain... Ceux de KaïtoS
Author avatar

Rédigé par celine le 12 décembre 2018

ha mais que d'aventures...enfin ici a londrès on s'inquiétait pour vous! on avait que la grece était sous une grosse tempête! mais vous avez fait face, et probablement peu dormi...enfin maintenant le temps semble mieux, et vous pouvez enfin en profiter!
Author avatar

Rédigé par petroula babis le 12 décembre 2018

vous avez vecu une bonne aventure.C est impressionnant. Nous, on etait a l hopital ,car Babis avait une infection de poumons. Maintenant.ca va mieux.Continuez la traversee.Bonne continuation. grosses bises
Author avatar

Rédigé par Cyrille Devigne le 12 décembre 2018

Les années passent, et il vous arrivent toujours de nouvelles aventures ^^ Je n'aurais pas trop apprécié être dans le bateau dans de pareils moments 😉. Vous vous en êtes bien sortis c'est le principal. Gros bisous
« »