Menu
Les voyages du Mayero

Nous avons bien levé le pied !

Voyage 2012

Mots-clés : Dodecanese, Grèce

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications :

Cette adresse restera entre nous, nous n'en ferons bien entendu aucun usage commercial.

Vents du sud obligent, nous avons du quitter le mouillage tranquille où nous avions retrouvé Françoise et Jean Paul du Clara pour rejoindre le port de Lipsi,
C’est un des seuls abris valables de ces iles du Dodécanèse avec les vents tournants de cette fin du moi de mai, Il n’y a pas encore trop de voiliers à cette époque mais la houle qui rentre du large rend la vie à quai pas très confortable. Dommage nous préférions le doux balancement à l’ancre et les baignades autour du Mayero. Jean Paul qui avait nettoyé la coque sur son coté tribord, n’a pu finir le travail commencé. Partie remise, demain le vent se calme , nous allons à Arki… Pour le moment nous subissons un bon orage, le deuxième depuis un mois. C’est correct.. Nous en avons profité pour nous balader sur cette petite île de 10 km2, sans trop de véhicules et de bruits. Les vallées cultivées sont un peu magiques avec leurs vignes bien vertes entourées de murets de pierre sèche , leurs champs d’orge tout jaune et leurs nombreuses chapelles repeintes fraichement en bleu et blanc. Il faut dire que Lipsi appartient encore au monastère de Patmos , et ce, depuis des siècles,et que les moines tiennent à le faire savoir. Dans la partie ouest , plus sauvage et quasiment inhabitée, nous avons vu de nombreux troupeaux de chèvres et de brebis aux mamelles gonflées de lait. Les murets qui entourent les immenses pâturages sont surmontés de branches sèches pour contenir les bêtes et descendent parfois assez loin dans la mer . Les pêcheurs disposent de petites embarcations pour poser des filets dans les jolies criques aux eaux turquoises. Le matin , au port, ils vendent une partie de leur pêche au bateau. Ils étalent ensuite les filets jaune et orange sur les quais pour les ramander le reste de la journée ; Ils s’interpellent régulièrement et leurs échanges se répercutent dans toute la baie. Ils répondent toujours civilement à nos bonjours et quand ils occupent les ouzeries dès la fin d’après midi, ils entament volontiers la conversation avec les étrangers. Bien sûr les 600 habitants réguliers ne pourraient se contenter de ces activités pour vivre et là encore le tourisme apporte de larges compléments. La vente de terrains et de maisons , la construction de nouvelles villas, avec l’arrivée de nouveaux habitants changera t-elle cette ambiance si sereine ??
Au fait pour les férus de l’Odyssée, Lipsi aurait abrité Calypso qui a retenu Ulysse pendant un bon moment. C’est possible vue l’ambroisie et les bons fromages que produisent encore les habitants d’ici, à se damner dit-on… Mais nous ne sommes plus sûrs de rien depuis que Marie Pierre nous a repris sur la grotte du cyclope !
Jean-Paul-et-Francoise-du-Clara.jpg jean-paul-nettoie-la-coque.jpg port-Lipsi-vue-geherale.jpg Port-de-Lipsi-tranquille.jpg port-de-Lipsi-quelques-voiliers.jpg poupees-grecques.jpg une-crique-au-nord.jpg muret-pour-ovins-et-caprins.jpg baie-turquoise-et-muret.jpg retour-pour-la-traite.jpg Les-vignes-du-seigneur.jpg

Il n'y a pas encore de commentaire, mais laissez le vôtre !

« »