Menu
Les voyages du Mayero

La fierté de Spiros : le bateau de sa femme.

Voyage 2015

Mots-clés : Poros, vieux gréement

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications :

Cette adresse restera entre nous, nous n'en ferons bien entendu aucun usage commercial.

Nous le connaissons depuis de nombreuses années et nous nous apprécions au-delà des relations purement commerciales.L’an dernier il nous a fait part du projet de restauration d’une barque traditionnelle par sa femme. Il nous avait même envoyé des photos de cette opération. Mais il nous semblait impossible d’écrire quoi que soit sans nous donner le temps d’un bon interview en règle, le projet nous semblant dépasser la simple remise en état d’un vieux gréement. Nous ne nous trompions pas ! Evagelia (« bon message » en grec ) est la petite fille d’un propriétaire de caïque qui faisait le commerce de citrons et d’huile d’olive avec Thessalonique et Kavala. Les citronniers de Poros , appelés également « arbres d’or », étaient réputés pour produire trois récoltes annuelles et celle de l’été était la plus attendue . Le voyage durait un mois aller et retour. Son autre grand-père était pêcheur et avait fait construire une barque à Hydra en 1960 par Leftéris Grigueos. Ce type de bateau, Hydraika Varkalas, long de 4,90 mètres, au maître bau d’un mètre soixante et d’un tirant d’eau de 1 mètre 10, permettait d’accéder à toutes les zones côtières autour de l’île de Poros jusqu’à la pointe de Tsévélina dans l’est, distante de 5 milles. Spiros nous confie que le grand-père pêchait le poulpe avec un trident, à l’aide d’un cylindre muni d’une plaque de verre qui lui permettait de découvrir les fonds et donc repérer les octopodes. Sa femme maniait les avirons pendant les recherches et de ce fait avait des bras de fer. Quand la saison était terminée, la ligne remplaçait le trident pour capturer les poissons de saison. Un moteur de 7 cv permettait au grand père de rejoindre son lieu de pêche. A sa mort, il y a dix ans , le bateau a été mis à terre et a servi de jardinière. Mais l’atavisme de la femme de Spiros couvait : déjà à 19 ans elle avait acquis le même type de bateau avec son frère pour aller à la pêche et elle avait appris à l’entretenir comme un professionnel. Les années passant, la passion semblait s’être quelque peu éteinte… Jusqu’en octobre 2013 où elle décide de reprendre la barque de son grand-père et de la rénover. Elle demande à Vassilis , un professionnel de Poros, de l’aider. Surprise : après avoir décapé le bateau, et ceci malgré son utilisation ornementale et florale, le bois est impeccable. La quille en iroko et les bordés en pin des Sporades n’ont pas subi l’outrage des temps. Après un traitement adéquat, un cloutage complet avec des pointes crantées inox de 40 mm, un calfatage en règle , la réfection des planchers et du roof, la protection de la coque par de nombreuses couches de peinture, la confection du gréement, la marinisation par un oncle d’un moteur Kubota de 16 cv et sa pose, le bateau est prêt à être mis à l’eau. Son nom : « Anassa » autrement dit « respiration ». C’est chose faite en juin 2014. Depuis Evagelia va à la pêche : le thon en septembre et octobre et la daurade coryphène un peu plus tard. Mais surtout, la barque est tellement appréciée qu’elle sert pour transporter les fidèles lors des fêtes religieuses qui ont lieu dans la chapelle dans l’île de la baie. D’ailleurs un article lui est consacré sur le site officiel de la ville de Poros (*) Spiros était tellement heureux de partager cette expérience qu’il nous a reçus deux fois dans sa boutique autour d’une table et de sièges qu’il avait disposés à notre intention en plein milieu de son échoppe . Il avait amené la documentation et les photos et nous parlait avec passion autour d’un café qu’il avait fait venir du bar voisin . Nicolas, son fidèle employé gérait au mieux les affaires. Nous en oubliions presque le va et vient incessant des clients qui n’arrêtaient pas de le solliciter. Nous ne regrettions pas la décision de prolonger notre séjour à Poros , alors que le temps s’était enfin remis au beau pour partir.  (*) sur facebook « I love Poros » choisir langue anglais

Il n'y a pas encore de commentaire, mais laissez le vôtre !

« »