Menu
Les voyages du Mayero

Des raisons d'espérer

Mots-clés : Eténage, Grèce

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications :

Cette adresse restera entre nous, nous n'en ferons bien entendu aucun usage commercial.

1. Et d’abord ceux dont les revenus sont le plus visibles : moins 40% sur les salaires des fonctionnaires et des retraités ; taxes sur les maisons calculées au pro rata de leur valeur, alors qu’elles ont été acquises ou construites à un moment où leurs propriétaires étaient plus en fonds… Il faut savoir en outre que de nombreux jeunes au chômage (plus de 50% ) ou payés des clopinettes cintrées sont revenus au domicile parental , ne pouvant faire face à leurs charges, grévant ainsi davantage le budget déjà restreint des anciens. Pour la première fois l’an dernier nous avions vu des sans abris correctement vêtus dans les rues d’Athènes. Tous les hellènes ne sont pas atteints par la pauvreté. Beaucoup de transactions commerciales et de service s’effectuent en liquide et le travail au noir est un sport national notamment en ce qui concerne les immigrés et les jeunes. Dans certaines communes, tôt le matin, comme à Ermioni par exemple, des clandestins africains ou asiatiques attendent le long d’un trottoir l’employeur qui voudra bien les embaucher à la journée pour un travail pénible et très peu rétribué. Les camps en toile plastique et au mieux des baraques couvertes de tôles, abritent des ouvriers agricoles dans les régions de culture à haut rendement (maraîchage dans le Péloponnèse, coton en Thessalie…). Pendant ce temps, les grosses vedettes de plaisance avec équipage continuent de sillonner les mers sans payer de taxes ou presque, les maisons pharaoniques du littoral sont toujours occupées par de riches athéniens ; les voitures de sport et les gros 4X4 de luxe ne sont pas toutes à vendre et les jeunes minets et minettes fréquentent encore les lieux à la mode où le café grec est à plus de 3 euros… Les avions dernier cri de l’armée quittent encore très régulièrement leur base pour effectuer des entraînements. Certains habitants lassés des brimades et dégoûtés par la corruption sont tentés par l’extrême droite… Heureusement beaucoup de leurs compatriotes ne tombent pas dans ce piège et réagissent. Notre amie Tatiana maintenant en retraite, continue à intervenir en soutien dans les écoles qui accueillent de nombreux élèves issus de l’immigration, elle poursuit son travail pédagogique pour apprendre aux enfants à fabriquer des flûtes de bambous à bas prix et à en jouer, elle continue à aller dans des rendez vous culturels de qualité car de nombreux groupes d’artistes athéniens proposent des spectacles pas très chers … Ailleurs dans le golfe de Corinthe, Pétroula, qui n’a plus beaucoup d’élèves à ses cours de français, anime avec constance la bibliothèque de son village et a soutenu un projet formidable d’échange de livres pour lequel nous avons assisté à l’inauguration. Babis récupère l’huile d’olive qui a servi pour la friture pour fabriquer du savon, du détergent vaisselle ou de la lessive pour le linge. Il a récupéré un vieux bateau qu’il retape entièrement à moindre frais pour aller à la pêche avec ses copains, se déplace avec un vieux scooter pour laisser la voiture à son fils et il a agrandi son jardin pour avoir des légumes toute l’année. Nous aimons leurs initiatives car ils ne baissent pas les bras et ils continuent à croire en leur avenir…

2. Notre balade terrestre nous a menés depuis notre beau mouillage en Attique à Athènes, puis par des petites routes en Grèce centrale dans la Beotie , au mont Parnasse jusqu’à dans l’arrière pays de Neupactos. Le paysage très accidenté regorge de sources et petites rivières. Les villages haut perchés sont magnifiques, les habitants très accueillants et il ne nous a pas été difficile de trouver à plusieurs reprises une place pour poser le Trafic sur une place ombragée de platanes avec une fontaine proche ou dans un cadre de montagne idylique . Par contre certains tronçons de ces itinéraires sont interdits aux véhicules encombrants (bus, camions, gros campings car). La Grèce que nous aimons.
 


3. recette du jour : le savon de Babis Il faut être précis avec les doses, porter des gants et des lunettes, avoir un bon thermomètre et des ustensiles en inox. Ingrédients:

  • - 1 litre d’huile d’olive
  • - 128g de soude (NAOH, hydroxyde de sodium, appelé également soude cautisque)
  • - 300 ml d’eau


# Mettre le sodium dans l’eau froide. Remuer. Éviter de respirer les vapeurs. La t° doit se stabiliser à 40/42°.

  1. Verser l’huile dans une casserole en inox et la chauffer jusqu’à 45°
  2. Verser progressivement le sodium dans l’huile et mélanger à l’aide d’un mélangeur à peinture. A la fin il faut que la solution se décolle de la casserole… C’est le moment pour ajouter les huiles essentielles ou des colorants alimentaires.
  3. Transférer le tout dans un récipient garni d’un papier sulfurisé ou des moules en silicone.
  4. 2 jours après, si le mélange a bien durci, couper comme un gâteau.
  5. Laisser reposer les morceaux de savon deux mois avant utilisation . Il se forme une sorte de couche poudreuse à la surface. Il suffit alors de la frotter un peu pour la faire disparaître avant utilisation.

4. Autre recette du jour : la lessive pour machine à laver le linge

  1. Dans un seau plastique, mettre 1 litre d’eau. Verser 130g de savon râpé (tel qu’il a été préparé ci dessus) Attendre une nuit qu’il se dissolve ou faire chauffer pour accélérer le processus.
  2. dans une autre récipient mettre 1 litre d’eau . Ajouter 130g de borax (na2b4o7 x 10h2o). Remuer. Puis verser 130g de sodium carbonate (Na2CO3). Remuer.
  3. Verser le mélange obtenu à celui du savon et de l’eau. Remuer.
  4. Rajouter 2 litres d’eau (ou moins pour concentrer davantage le produit final.)
  5. Laisser reposer 24h.
  6. Pour chaque lessive prévoir environ 60ml. On peut rajouter du vinaigre blanc.

Traduction du grec : Pétroula

Il n'y a pas encore de commentaire, mais laissez le vôtre !

« »