Menu
Les voyages du Mayero

C'est reparti!

Voyage 2015

Mots-clés : Poros, armement hivernage

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications

Je souhaite être informé(e) de vos prochaines publications :

Cette adresse restera entre nous, nous n'en ferons bien entendu aucun usage commercial.

Notre voyage ne peut se résumer à l’arrivée sur le Mayéro dans la baie tranquille de Vivari . Quelques milliers de KM nous séparent de notre mouillage et nous avons choisi encore cette année d’effectuer ce périple par route, ponctuée de belles étapes très accueillantes chez nos proches. Ouf! nous arrivons à Ancone chez nos amis et nous profitons de cette halte pour parfaire notre connaissance des Marches avec nos guides locaux. Cette belle province mérite vraiment le détour, même si elle n’est pas très connue des touristes. La ville de Corinaldo est une vraiemerveille
Chaque année nos guides nous font découvrir les richesses de la Marche La Marche: une ville magnifique La Marche: une belle ville fortifiée La Marche: soleil sur la ville Art baroque que nous apprécions La Marche: une pure merveille La marche: la ville sur une colline La Marche: vue de la ville fortifiée

Nous avons vraiment apprécié, d’autant que la suite fut un peu sportive, tant dans le ferry où nous avons été quelque peu chahuté que sur la route Patras Corinthe sous la pluie,déjà une des plus dangereuses d’Europe en temps ordinaire . Mais cessons là les jérémiades, nous sommes déjà sur notre bon vieux Mayero, sur l’eau qui plus est. Accueil formidable de notre ami George qui a surveillé notre voilier tout cet hiver et qui a refait le banc de barreur et de Jacques qui nous fait la surprise d’être mouillé à quelques encablures . Et c’est reparti. Moins d’une semaine après notre arrivée au mouillage nous reprenons la mer. Il fait un temps superbe même si ce matin de fin d’avril est plutôt frisquet. Il faut encore supporter la vareuse mais le printemps est là en Grèce, c’est un délice! Des fleurs partout :  coquelicots, marguerites, genêts , thym, rues, camomilles, marjolaines, renoncules et pâquerettes sont en pleine floraison ; les couleurs rouges, jaunes et bleues tapissent les prairies le long du littoral. Un vrai feu d’artifice. Même s’il faut vérifier sa route, reporter les points sur la carte, se familiariser avec le nouveau système AIS dont l’alarme se déclenche régulièrement au passage des gros bateaux. Remercions au passage Jacques qui a consacré tout son temps précieux au branchement de cet appareil maléfique et tous les copains comme Jean-Yves et Gérard pour leurs conseils. Comment évoluerions-nous sans la chaîne d’amis navigateurs avec lesquels nous entretenons des relations régulières. Nous montons la nouvelle grand voile en évitant de la prendre dans le lasy-bag. Nous contrôlons la bonne marche du moteur et du pilote automatique. Tout est OK. Et pourtant à notre arrivée au mouillage nous avons eu notre lot de mauvaises surprises : nous avons du faire face à une fuite de gaz et refaire tout le circuit,changer la pompe des toilettes qui ne fonctionnait plus, la pompe de cale ne fonctionnait plus et le plongeur patenté pour nettoyer la coque n’avait pas fait son boulot. Résultat: nous nous traînons à 4,5 nœuds au lieu de 6 habituellement. A un des mouillages suivants, je revêts ma nouvelle combinaison de plongée (cadeau de Chantal) et après ce premier travail nous gagnerons un nœud deux… J’arrive à travailler une heure sans trop d’efforts avec une intégrale de 2 mm.Il faudra une deuxième plongée à Poros pour tout terminer. Les années précédentes avec un shorty et une eau à la même température (14°) , je ressortais transi et tremblant, au bord de la crampe après moins d’une demi heure. A Hermioni, Belle Lurette qui nous accompagne depuis Vivari a pris une autre direction. Son capitaine Jacques, excellent cuisinier, dont nous mettrons en ligne quelques-unes de ses recettes, a essayé de nous séduire avec ses calamars à la provençale, mais nous n’avons pas cédé aux sirènes gastronomiques. « Hasta luego et bon vent ». Mais une risée favorable lui fera changer d’avis. Résultat : nous le reverrons le soir au mouillage suivant et nous goûterons avec lui son plat délicieux. Le lendemain nous apprécierons son ragoût d’artichauts. Il faut dire que nous étions passés par le marché d’Hermioni et que nous nous étions approvisionnés en oignons nouveaux, ail frais, roquette, magnifiques courgettes fleuries, tomates de pays,haricots , oranges, pommes . Nous avions même trouvé des crevettes royales pour régaler notre ami Christian, préparées à la façon italienne transmise par notre amie Giovanni lors de notre passage à Ancone. Hier matin , Jacques est vraiment parti vers les îles. Nous recevons alors notre amie Tatiana à bord, venue spécialement d’Athènes pour nous voir. Belle journée autour de la baie de Poros avec en prime une balade à la voile. Ce jour j’ai fini de gratter la coque ; fait du matelotage et Chantal a géré les lessives. Il ne reste plus qu’à s’occuper du moteur, réparer la pompe, récupérer la commande chez Spiros, notre shipchandler préféré, et nous serons prêts pour de nouvelles aventures Nous avons choisis un beau mouillage avec six autres bateaux de voyage.” En short et torse nu à 20 heures. Tout va bien pour nous , merci. ”
Vivari: les chevreaux nous accueillent Kilada: il reste au moins une tortue Jacques essaie sa nouvelle grand voile Nettoyage de la coque: une combinaison au poil Nettoyage de la coque Le thym en fleur le long du littoral les oliviers sont en fleur tout comme les orangers Fleur à Poros Nous adorons Poros et Galatas Poros dans un fauteuil Tatiana et les trésors de la baie de Poros Enfants au dessus de la vieille ville de Poros Poros la Venise grecque Poros le soir Matelotage



Il n'y a pas encore de commentaire, mais laissez le vôtre !

« »